NOUS ENVOYER UN EMAIL À info@enfantsdebirmanie.com
FAIRE UN DON

Bernard et Bianca l’aventure continue… au pays du sourire et des pagodes.

Aujourd’hui, deux nouvelles : l’une tragique et l’autre bien triste aussi.

Un homme politique birman très important et membre de la NLD a été assassiné à l’aéroport de Yangon. Il était avocat auprès de la Cour suprême du pays et il avait créé de nouvelles lois dont la fameuse loi Laurel, pour les connaisseurs. On ne sait pas qui a commandité le meurtre même si le tueur a déjà été arrêté peu après son acte. Un chauffeur de taxi a également perdu la vie en essayant de barrer le route à l’assassin.

Voilà pour une page de politique, mais nous sommes bien entendu neutres et nous souhaitons aucunement nous rallier ou nous opposer, nous souhaitons garder une certain apolitisme dans nos activités et surtout ne pas nous mêler des affaires gouvernementales. C’est juste une info qui a marqué la ville.

Une autre mauvaise nouvelle, le décès d’une petite Birmane du village de Hlay Lan près de Zalun. Cette fillette était malade et Su Sa Ga l’a amené à l’hôpital a Yangon sans vraiment trop savoir de quoi elle souffrait. Elle avait été vue par une infirmière puis un médecin et enfin à l’hôpital, elle a été rapidement perfusée et moins d’une semaine plus tard elle vient à décéder. Notre ami nous a dit qu’ elle avait un problème aux reins mais quand on voit comment son ventre était gonflé, on a du mal à croire à une infection urinaire ou quelque chose de ce genre. Nous ne saurons sans doute jamais. Tout le village est touché par ce décès. On manque vraiment de docteur dans les petits villages et quand il y a des problèmes graves, la population est démunie. Dans ce village, il y a une centaine d’enfants et Bernard va aller faire un check-up des enfants mais on attend des autorisations. C’est toujours un peu le parcours du combattant en documents en tout genre et pendant ce temps, les jours passent et on avance pas beaucoup.

Pour ceux qui nous suivent sur FB, il y a maintenant des photos du dispensaire fini, il ne manque plus que la visite d’un officiel pour homologuer les bâtiment en dispensaire puis seulement on pourra aller mettre les choses en place.

Il y a une baisse des température en ce moment, il n’y a plus que 30 degrés et les prochain jours, on annonce seulement 27-28 a Yangon. Mais il fait quand même très chaud car avec la pollution des voitures, il fait étouffant a l’ombre ou au soleil ce n’est pas respirable. Une petite escapade en campagne ferait le plus grand bien… j’ai hâte de quitter un peu la ville juste le temps d’un weekend.

Le weekend dernier, une visite un peu étrange, celle d’une pagode en construction. Sur la route qui va vers Okkalapa Nort, on voit au loin une pagode, la réplique du temple Ananda d’un blanc immaculé. Jamais il ne me serait venu à l’idée d’aller voir de plus près les travaux mais Michel a vu et avait envie de partager sa découverte et donc en route pour cette visite inattendue.

On rentre dans le temple en chantier et au réez de chaussée, c’est du béton et quelques couchettes sont installées par ci par là et du linge sèche sur des cordes à linge improvisées. On dort ici ! Les ouvriers de la construction logent sur place et en même temps sont les gardiens du temple. C’est étrange cette pièce immense, bétonnée, terne avec une petite statue de Bouddha en son centre a devant elle un autel fait d’une énorme table posée sur des pieds en bois sculptes : des éléphants majestueux. La statue semble complètement démesurée par rapport aux pachydermes, on ne voit qu’eux. Après un tour dans cette salle, on monte au premier étage puis au deuxième et enfin on arrive dans une salle incroyable…

Un Bouddha immense trône dans un univers tout doré. C’est dingue ! La salle est très haute et sobre dans des tons de rouge et or, c’est splendide et dire que tout le reste est en chantier, vraiment incroyable. C’est avoir, tellement il est difficile de décrire cette construction gigantesque.

Sett Sett Thu est partie à Hlay Lan chez Susaga pour servir d’interprète. En effet, notre ami vidéaste Bastien est parti pour quelques jours sur place pour montrer son film sur les écoles en France et il va filmer la classe du village. Il souhaitait aussi filmer le travail au dispensaire, hélas ce n’est pas encore possible. Bastien nous fera profiter aussi de son travail au village.

Pour Sett Sett Thu c’est une expérience importante, elle va devoir traduire ce que raconte Bastien en français.

Hier soir il y avait un grand concert en ville pour la fête birmano-japonaise. Ca a attiré une foule nombreuse et des heures durant les artistes des deux pays se sont défoule sur scènes. Un subtile mélange des chants traditionnels birmans, de musique électro japonaise, des chorégraphies simplistes, des chanteurs birmans a la mode dont PyPhyo Kyawte. Le plus épatant, c’est un jeune birman qui se nomme Thar Soe, il est Dj mais il chante aussi et joue avec les musiques du folklore birman qu’ il mixte avec de la musique actuelle. C’est innovant et très intéressant. La télévision birmane a rediffuser en « live » tout le spectacle qui a duré des heures. Un show incroyable dans ce pays où il n y a pas si longtemps il n’était même pas possible de se réunir à plus de 3 personnes après 20 heures. Jamais de concert, jamais de théâtre sauf en pleine rue et sous surveillance, jamais d’autres airs de musique que les traditionnelles a la harpe ou au xylophone de bois. En quelques  années un monde qui changent autant et aussi rapidement c’est presque irréelle. Il a fallu seulement une petite ouverture pour voir une ville exploser et se transformer en mégalopole  cosmopolite. Il y a 5 ans, un téléphone portable coutait une fortune maintenant depuis l’implantation de Telenor une compagnie suédoise on a presque un téléphone gratuit, on découvre toutes les cuisines du monde même celle qua on imaginerai pas venir ici sous les chaleurs torrides comme une brasserie valaisannes, un restaurant allemand. On ouvre tout grand les portes à toutes les cultures de l’est et de l’ouest…on se demande jusqu’ où ça va aller, ça donne le tournis, moi qui est connu cette ville calme, paisible au charme d’antan avec les anciennes demeures enfuient dans les plantations coloniales, sans trop d’automobile on pouvait déambuler sur la route sans craindre un coup de klaxon. Actuellement, il faut presque serrer les fesses pour marcher en ville, il faut traverser entre les voitures, se méfier des autobus qui roulent à vive allure, les taxis sauvages, ça grouille de partout et c’en est fini de la quiétude de la ville des siècles passes. Maintenant les belles bâtisses anciennes sont remplacer, détruite pour faire place à des building qui abriteront des grosses chaines d’hôtels ou des shopping center pareil a ceux de Bangkok ou Singapore, sans amé mais avec beaucoup de boutiques de luxe.

Et dire que dans les villes banlieues et les villages des abords, la vie ne suit pas encore ce rythme, on passe d’un siècle à l’autre en quelques kilomètres et le retour en arrière est parfois rassurant.

 

Aenean vel, libero non mi, Nullam et, risus. Sed Curabitur dapibus ut