NOUS ENVOYER UN EMAIL À info@enfantsdebirmanie.com
NOUS APPELER +32 (0) 483 05 59 23
FAIRE UN DON

Sujet sérieux ou pas !

Une soirée un peu différente et un peu plus européenne, en effet ce soir une projection de film dans un ancien cinéma de Yangon. Un film sur l’écologie, cette soirée est organisée par des Ambassades et par l’Institut Goethe de Yangon.

L’endroit nous fait remonter un peu le temps, la salle est vieillotte mais c’est plutôt agréable d’imaginer que des gens venaient ici il y a plus d’un siècle. Peut-être en calèche, sans doute des riches Britanniques en manque d’anglophonie. Sans doute l ‘endroit où il fallait être venu au moins une fois : WAZIYA Cinema

Une scène en bois usé, bordée de lourd rideaux de velours rouge, des sièges qui se rabattent qui ont dû en contenir des postérieurs ; ils sont juste tout défoncé et on a l’impression de s’assoir par terre. Il manque un peu de matière pour être rembourré comme il se doit, on sent les ferrailles de la structure sous les fesses. On ne peut pas dire que ce soit confortable. Mais pour une soirée ça vaut la peine de découvrir l’endroit. Il y a même une petite terrasse extérieure au premier étage qui donne sur la rue principale ;  Bogyoke Aung San Road.

L’intitulé du film est « Tomorrow , Travel The world of solutions », il s’agit d’un film français où nous partons à la découverte dans le monde de solutions écologique, économique et sociale à la crise que nous traversons tous actuellement. On essaye de nous faire prendre conscience que des espèces animales et végétales disparaissent chaque jour sur notre belle planète. On voit des personnes sensibilisées qui tentent de proposer des remèdes à la déforestation, à  la faim dans le monde, à l’économie des énergies, à la mise en place de nouveaux procédés d’agriculture et bien d’autres choses encore. Vraiment un film intéressant même si les choses pour lesquelles les réalisateurs tirent la sonnette d’alarme, on les connait ; c’est bien de remettre un peu les points sur les I. C’est bien aussi de voir que dans l’assemblée il y avait de nombreux expatriés mais aussi des autochtones. Ce mélange des culturels c’est bien, ça montre bien que certains sujets nous touchent tous et que nous y sommes sensibles.

Cette projection de film fut le premier d’une série de sept. Des films indien, vietnamien, américain, chinois, birman se sont croisés sur le même thème. Ensuite, il y a eu une dizaine de films tous d’Asie du sud-est en compétition, puis quelques films birmans en compétition également. Malheureusement, je n’ai pas pu aller voir l’ensemble et je ne sais pas qui à gagner un prix. Une semaine avec un programme bien complet qui s’est clôturé par une discussion avec différents intervenant tant des cinéastes que des scientifiques, des économistes et des responsables d’entreprises. Décidément la Birmanie est vraiment en train de s’ouvrir à un tas de choses même des choses qu’on imaginerait même pas. Je pensais que les préoccupations écologiques étaient surtout des sujets pour les pays industrialisés depuis longtemps, modernes et riches. Et voilà que ça fait également partie des inquiétudes de la Birmanie.

Autre lieu, autre film…

Lors de ma dernière visite à Bagan avant de devoir rentrer en Belgique, j’ai décidé de faire une projection de film et pas n’importe quel film. Un dessin animé.

Je me suis rendue au village Tauw Bau Tauw pour faire une projection. Donc dans la petite école on a préparé un grand drap blanc qu’on a posé sur la tableau noir de la plus grande classe, j’ai installé mon ordi et projecteur. J’ai partagé quelques mots avec le Directeur de l’école qui m’explique qu’il n’y aura sans doute pas beaucoup d’enfants car dans un village voisin il y a une activité pour les jeunes. Pas grave, même s’il n’y a que quelques bambins c’est toujours une chouette expérience pour eux et moi.

A ma grande surprise, une centaine d’enfant ont présent à l’appel, la salle de classe est à peine grande assez pour les installer tous par terre. Ils sont tout excités à l’idée de voir un vrai film sur une toile.

Le Directeur fait les présentation, il raconte aux enfants comment il se fait que je sois là ce jour, il parle du dispensaire qui sera bientôt ouvert et à disposition des villageois de Tauw Bau Tauw et d’autres villages avoisinants ; il donne quelques infos sur notre association et nos actions pour aider les enfants Birmans. Après ce petit blabla sans importance pour les enfants qui n’attendent qu’une seule chose : le film.

On démarre la projection dans un silence absolu. Ils sont tous scotchés devant le spectacle. Bien entendu, je n’ai pas de version birmane mais ce n’est pas important, les enfants rigolent à gorge déployée des nombreux gags. Après 45 minutes, un petit entracte le temps de s’hydrater un peu, de se dégourdir les jambes pour certains, d’aller aux toilettes pour d’autres et aussi de laisser un peu refroidir l’ordi et le projecteur qui sous les 40 degrés souffrent un peu. Des institutrices ont déposé des bonbons à chaque enfant, une vraie fête pour eux que le cinéma. La deuxième partie fut un peu plus mouvementée, plus de rire, de cris, les plus petits qui changent de place, qui se rapprochent de l’écran pour mieux voir les personnages. Ils sont fascinés, en admiration devant les animaux colorés et rigolos qui se font des blagues à tout va. Je suis étonnée d’apercevoir qu’il y avait des petits de 4-5 ans mais aussi des ado qui se sont éclaté tout autant que les plus jeunes. Simplement génial !

Le spectacle fini c’est toujours un peu triste de devoir quitter ainsi la salle, ils ont envie d’une suite…Des KYEZU TINBADE (merci) résonnent dans la classe, puis ils s’échappent en courant dans la cours, quelques plus grands attendent que je remballe le matériel et viennent voir curieusement ce que je fais, ils chuchotent, ils ricanent et me suivent.

Un dernier moment avec les enfants à échangés des petits mots gentils, des sourires et parfois juste un regard s’égare…Ils attendent déjà ma nouvelle venue pour le prochain film. Ce fut vraiment un moment très chouette pour eux comme pour moi et j’ai promis de revenir avec d’autres films.

On se quitte toujours un peu avec regret comme à chaque fois, c’est dur de laisser des gens qu’on aiment, des enfants aux larges sourires édentés, aux visages couvert de tanaka, aux petites mains qui se joignent à la mienne pour faire un bout de chemin ensemble vers le véhicule qui m’attend pour mon retour à Bagan.

Toutes les petites se lèvent pour un dernier signe d’au revoir…

J’ai remis la même aventure à Bagan avec les enfants de la classe des cours d’anglais, je pense qu’il est inutile de vous raconter l’histoire c’est à peu de choses près juste une réplique. Il y a avait une trentaine d’enfants ce qui étaient bien assez pour notre école. Un détail quand même, mon ordinateur n’avait plus de son, il a eu trop chaud et donc on a dû se contenter de visionner un film sans les paroles en anglais mais ce fut tout aussi rigolo et les enfants se sont bien amusés aussi. On refera l’expérience une prochaine fois encore et j’espère avec du son.

Nous avons aussi envie d’aller dans d’autres villages avec notre cinéma ambulant mais ce sera pour une autre fois car il ne me reste plus assez de temps pour poursuivre cette aventure de cinéma pour le plaisir des petits et des grands.

Heureusement j’ai encore un petit stock de film pour les prochaines fois mais si vous avez des dessins animés ou des films (Louis de Funes par exemple) qui traînent dans vos placards, nous sommes toujours preneur et merci d’avance.

24c827f2d1c9cedfedc266a549562f0d666666666666666666666666666