NOUS ENVOYER UN EMAIL À info@enfantsdebirmanie.com
FAIRE UN DON

Le retour du voyage et de nouveaux projets plein la tête

Cette fois, je ne me suis pas rendue seule en Birmanie, en effet Amandine et Estelle deux jeunes étudiantes m’ont accompagné.
Nous avons fait un tour des villages que nous aidons pour voir l’avancement des différents projets et en mettre de nouveaux en place. Nous avons tenté de faire les essais pour la plante « magique » qui peut aider la population à faire face à la malaria d’une manière simple et naturelle sans dépenser des fortunes.

En collaboration avec un médecin de Paris, le Docteur Cornet (voir l’article sur l’artémisia sur ce site), nous allons essayer de faire pousser cette plante et devenir les pionniers en Birmanie.
Depuis 2014, la Maison d’Artémisia rassemble dans chaque pays d’Afrique subtropicale des compétences médicales et agronomiques sur les Artemisia. Et les résultats positifs ne se sont pas fait attendre. Leur mission est de prouver l’efficacité médicale des Artemisia annua et afra. Et maintenant c’est en Birmanie qu’on tente l’aventure.

C’est un projet sur le long terme mais tellement motivant quand il s’agit de soigner voire même de sauver des vies.
Nous avons visualisé le tutoriel avec les villageois, nous avions apporté un ordinateur et le tutoriel est en français avec des sous-titres en anglais et une personne qui nous accompagnait a traduit au fur et à mesure en birman afin que tout le monde puisse bien comprendre la marche à suivre.

Concrètement nous avons commencé par faire des essais. Nous avions 4 types de graines différentes, de France et d’Afrique. Nous avons tout d’abord cherché des endroits de Birmanie où sévit encore la malaria. Car il y a des régions où celle-ci a disparu. Par exemple autour du lac Inlé il n’y a plus de malaria grâce à l’écorce d’un arbre mais je n’en sais pas plus pour l’instant. Je cherche des infos…
Notre choix actuellement s’est posé sur trois régions bien distinctes. La région du mont Popa, le delta de l’Ayeyarwady, et la grande banlieue de Yangon,
Nous avons donc démarré les essais en semant 4 types de graines différents et après quelques jours déjà au village de Tauw Bau Tauw on voit que ça a germé, super ! Nous sommes encore plus motivées grâce à cette première étape réussie.

Nous n’avons pas encore de nouvelles des deux autres endroits où nous avons tenté la même chose.
Nous espérons bien avoir de bons résultats prochainement. L’étape suivante sera la récolte de graines. Il faut aussi collecter des pousses, ensuite on transposera à plus grande échelle. Et la dernière étape sera la récolte et ensuite seulement nous pourrons penser à faire de la tisane pour les villageois.
Ce n’est pas une tisane miracle mais d’après les résultats en Afrique c’est très prometteur. Pour se préserver de la malaria mais aussi d’autres types de problèmes de santé, il faut boire de la tisane chaque jour. Dans un pays chaud ce n’est pas très difficile de boire un litre ou davantage par jour. Si on est malade les quantités changent un peu. Mais nous n’en sommes pas encore là. Tentons d’abord de mener à bien la première étape sans nous précipiter.
Lors du prochain voyage, nous reviendrons avec le tutoriel pour revoir la suite du programme. Nous aurons également un ordinateur pour le village. Celui-ci a été offert gracieusement par un généreux donateur et servira dans un premier temps à revoir ce tutoriel et ensuite l’ordinateur servira au dispensaire.
Si nous arrivons à faire de la culture de cette plante, nous pourrions sauver des vies et améliorer considérablement la vie d’autres personnes.

La suite prochainement…