NOUS ENVOYER UN EMAIL À info@enfantsdebirmanie.com
NOUS APPELER +32 (0) 483 05 59 23
FAIRE UN DON

Escapade au lac Inlé… et vogue la galère…

Nous voilà parti pour un petit weekend dans l’état Shan, au bord du lac Inlé.

Il s’agit d’un voyage de travail mais aussi un peu de détente. J’ai quelques hôtels à visiter afin de mieux me rendre compte des logements qu’on propose aux clients. J’ai pu voir de magnifiques palaces mais aussi de bien minables hébergements, il y a le choix pour tous les budgets.

C’est sans doute la partie la moins ludique du week-end, donc passons.

J’ai choisi de loger dans un havre de paix chez mon amie Daw Ann, elle a en effet un bel hôtel sur le lac avec des bungalows sur pilotis puis des chambres aussi sur la terre ferme et depuis peu une piscine. Daw Ann nous a réservé une des plus belles chambres avec une vue splendide sur les jardins flottants d’un côté et sur l’immensité du lac de l’autre. Un peu de farniente dans cet endroit ne peut être que reposant et très agréable.

Après une petite sieste, un accueil des plus chaleureux nous attend sur le ponton, Daw Ann est là avec une quarantaine d’amis. Une fois par ans, les anciens universitaires se retrouvent pour faire la fête tous ensemble et toujours dans un endroit différent. Cette année c’est au lac Inlé, chez Daw Ann qui invite tout le monde aussi bien à loger mais également à la fête qu’elle organise. Elle nous présente à ses amis de manière très élogieuse et nous sommes conviés à rejoindre le groupe pour l’apéro en fin de journée. Bien entendu, nous sommes à l’heure et prêts à faire la fête. Un pont flottant, nous attend pour l’embarquement.

Nous voilà entourés de Birmans bien sympathiques et surtout très attentionnés à notre égard. En effet, pas le temps d’avoir soif les verres remplis de whisky, de rhum, de vin se bousculent devant nous et bien entendu le tout accompagné de quelques snacks apéritifs tel que des chips de tofu, des cacahuètes.

On partage nos récits de voyages, nos hôtes Birmans parlent pratiquement tous l’anglais. On découvre des personnes d’une autre génération avec un passé bien différent de la vie d’aujourd’hui. Un passé de répression, de conflits, de crainte, de délation mais aussi un passé riche d’expériences estudiantines, des moments de rire, ils ont tous des choses à raconter et les dialogues sont chargés d’émotions. Parfois des regrets de la vie d’avant comme nous l’entendons aussi chez nous en Europe, mais heureux d’avoir un pays enfin plus démocratique, plus libre, ils sont également heureux que la jeunesse puisse rencontrer des gens d’autres cultures,  d’autres horizons. Nous avons passé un moment vraiment très agréable et intéressant. Bien entendu la soirée ne s’arrête pas là. Le moment de la musique est arrivé et hop on lance le karaoké. Une ambiance du tonnerre, les anciens Birmans savent rire, danser et chanter sur des rythmes endiablés. Quelques chansons traditionnelles font aussi leur apparition dans le mélange de tempos de tout ordre. On s’amuse ensemble comme si on avait toujours fréquenté les mêmes personnes, les mêmes musiques, les mêmes lieux. On chante à tue-tête. J’ai l’impression de connaître intuitivement le birman et ses chants Shan, PaO et Môn. Notre radeau brille de mille feux au milieu du lac. On peut augmenter le volume de la sono, nous sommes seuls au monde, le lac Inle nous appartient. Pas le temps de souffler, pas le temps de se rasseoir, il faut chanter et danser, l’ambiance reste chaude. Les moustiques et autres insectes de nuit viennent se mêler à la danse. Ils virevoltent dans la lumière des ampoules.

Une petite pause-pipi, ah bon mais il n’y a pas de toilette sur notre embarcation ! Il y a toujours une solution et voilà une pirogue qui arrive à toute allure mais silencieuse. Elle glisse sur l’eau calme du lac sans un bruit et vient accoster à notre pont flottant. Voilà une navette bien à point pour rejoindre les commodités de l’hôtel.

Bien entendu, la soirée ne pouvait se terminer sans un repas…une deuxième embarcation identique à la première est venue s’accoler à la nôtre et le barbecue s’est enflammé pour notre plus grand plaisir. On s’est régalés de toute sorte de mets, des salades, du poulet, des crevettes, du poisson et même un dessert. L’accompagnement habituel était aussi du repas : le riz.

Après le repas, une cérémonie un peu particulière a eu lieu, une distribution d’argent sous enveloppes pour des œuvres. Les participants ont offert à Daw Ann des dons pour aider un orphelinat, une école, un monastère, un dispensaire,… Si j’ai bien compris, certains participants font partie d’associations comme un club de joueurs de cartes, un club de golf, un club de femmes bénévoles dans un orphelinat, une équipe sportive etc. et ils ont collecté pour aider les plus démunis au lac Inlé. Il semblerait que chaque année, ils fassent la même chose dans l’endroit où ils se rendent pour les retrouvailles et proposent les dons à l’hôte qui a reçu les invités et organisé la fête. Chouette idée et belle tradition. Les Birmans ont cette réputation mondiale d’être parmi les plus généreux de la terre. Ils donnent qu’ils soient riches ou pauvres, il y a toujours bien quelque chose à donner à un plus pauvre.

On a fini la fête repus, un peu fatigués mais tellement contents de cette belle soirée en compagnie de nos nouveaux amis.

8900de297d626f4bf08829048cc009addd